Au cœur du chaudron artistique algérien, Mourad Krinah, graphiste et plasticien, diplômé de l’École supérieure des Beaux-Arts d’Alger, est parmi les mieux placés pour nous parler de la situation de l’art contemporain en Algérie, d’autant plus qu’il a été l’initiateur de plusieurs projets collectifs. Il a bien voulu nous accorder cet entretien.

Reporters : Pouvez-vous brosser un tableau d’ensemble, même schématique, de l’art contemporain en Algérie ? Peut-il être défini, même approximativement, par rapport à ce qui se fait ailleurs ?

Mourad Krinah : C’est vraiment difficile de brosser ce genre de tableau. On ne peut que faire des constats de terrain. C’est dû à l’absence d’écriture sur le sujet. Il existe un particularité algérienne, évidemment, dans la pratique de l’art contemporain, qui est connue de tous les acteurs artistiques : c’est par exemple le manque d’espaces de diffusion, la quasi-absence d’un marché, etc. C’est-à-dire que, même s’il existe une création qui est assez reconnue sur les plans régional, maghrébin, méditerranéen ou même mondial, ce qui fait une vie artistique n’est pas totalement présent.

Lire la suite sur Reporters

Notez cet article