Tayeb Louh, le ministre de la Justice, a tenu, hier, sa première conférence de presse en présence de Hamid Grine, son collègue de la Communication et des patrons de la presse, de la radio et la TV.

Après un petit repos de récupération et de détente, Tayeb Louh, le ministre de la Justice, garde des Sceaux, a choisi la cour d’Alger au Ruisseau pour tenir sa première conférence de presse du genre devant un parterre garni de journalistes, d’invités d’honneur, tels les directeurs généraux des publications de la radio et des chaînes télé. C’est dire si Louh a de la considération pour ce secteur clé…

Il est vrai que depuis le 11 septembre 2014, soit 358 jours après ses débuts à la tête de cet important département ministériel et son axe capital i-e la réforme initiée par le président de la République, Louh s’est attelé à donner un élan dynamique avec la nécessité d’avoir une haute vision des objectifs assignés par la réforme. Même si beaucoup a été fait, le ministre refuse de tomber dans l’autosatisfaction. C’est dans ce sens qu’il a tenu à examiner avec l’ensemble des médias les dernières actions (modernisation – amendement du Code pénal). Les nouveaux textes sont venus cimenter encore plus le cheminement de la réforme.

Une réforme qui a vu le staff du ministère être secoué par des soubresauts en vue d’aller de l’avant. Le temps est précieux et donc, il est inutile de tergiverser, de passer son temps à spéculer sur telle ou telle mesure ou d’attendre du ministre qu’il agite sa baguette magique surréaliste pour changer les choses. Non, la vision de la réforme est un tout et tout le monde est concerné.

Lire la suite sur L’Expression