Le rapport sur les perspectives économiques mondiales publié mardi 6 octobre par le Fonds monétaire international revoit à la baisse les perspectives de croissance pour l’Algérie. La croissance économique du pays devrait s’établir à 3,8% en 2014 et 4% en 2015.

En Algérie comme dans la plupart des pays du monde, le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2014 et 2015. Concernant l’Algérie, alors que le FMI tablait en avril dernier sur une croissance de 4,3% en 2014 et de 4,1% en 2015, il prévoit aujourd’hui une croissance de 3,8% en 2014 et de 4% en 2015.

Des chiffres qui sont en désaccord avec ceux du gouvernement algérien, qui évoque, dans la loi de finances 2014, une croissance de 4,5%.

Les causes de cette révision à la baisse des prévisions de croissance mondiale sont multiples. Le FMI parle d’une « augmentation des risques de dégradation » à court et moyen terme – risques géopolitiques, excès financiers, stagnation économique des pays développés, inflation basse voire déflation dans la zone euro, et contraintes du côté de l’offre.

L’Algérie est également menacée par une hausse du chômage. Le taux de chômage était de 9,8% en 2013, il s’élèvera probablement à 10,8% en 2014 et à 11,3% en 2015, soit une augmentation de 1,5 points si ces prévisions se réalisent.

En ce qui concerne le solde extérieur courant de l’Algérie (qui correspond à la différence entre les exportations et les importations), le FMI prévoit qu’il s’établira à – 3% du PIB en 2014 et à – 2,9% du PIB en 2015. Là encore, les prévisions sont revues à la baisse puisqu’en avril dernier le FMI établissait le solde extérieur courant à + 0,5% du PIB en 2014 et – 1,3% du PIB en 2015. Enfin, le FMI prévoit que l’inflation s’élèvera en Algérie à + 3,2% en 2014 et + 4% en 2015.

Notez cet article