Pour combattre la violence dans les stades, les autorités algériennes font appel aux femmes. Les supportrices de football auront désormais un accès gratuit à certains stades, pour rendre ces lieux fréquentables.

Comment en finir avec le phénomène du hooliganisme en Algérie ? La question reste posée, plus de deux mois après la mort du meilleur buteur du championnat national, Albert Ebossé. Les décideurs du pays disent avoir réfléchi à une solution : ouvrir les portes des stades aux femmes. La présence de la gente féminine dans les stades algériens pourrait diminuer les cas de violence dans les stades. Jusqu’à aujourd’hui peu, voire quasi aucune, femme ne s’aventure dans les tribunes des terrains de football en Algérie, notamment par peur des débordements.

Les autorités algériennes, qui ne veulent plus que les stades de football soient la chasse gardée des hommes, ont décidé de ne plus faire payer l’entrée aux femmes. Et cette mesure entrera en vigueur le week-end prochain à l’occasion de la 9è journée de la Ligue 1. Elle sera d’abord appliquée au niveau du stade du 20 août à Belouizdad à Alger lors de la rencontre opposant le club algérois du NA Hussein Dey au CS Constantine, indique ce dimanche la Ligue de football professionnel(LFP) dans les colonnes d’Ennahar.

Les femmes pourraient également bénéficier d’un accès gratuit au stade soit lors de la finale «retour» de la Ligue africaine des champions, mettant aux prises, ce même 1er novembre, au stade de Blida, l’ES Sétif face au club congolais du Vita Club, soit à l’occasion de la prochaine rencontre de l’équipe nationale, comptant pour la 5è et avant dernière journée des éliminatoires de la CAN 2015, opposant, le 15 novembre, l’Algérie à l’Ethiopie, ajoute la LFP.

Dans une déclaration faite au quotidien arabophone Ennahar, le Président de la LFP, Mahfoud Kerbadj, a indiqué ce dimanche qu’en raison des mentalités il est encore prématuré d’envisager d’étendre cette initiative à tous les stades du pays. Mais, a-t-il promis, le nécessaire sera fait pour que dans un maximum de stades, la présence de familles soit renforcée et cela afin de réduire la violence qui caractérise les enceintes sportives algériennes.

Elyas Nour

Notez cet article