La CAN 2015 sera-t-elle organisée ailleurs qu’au Maroc ? Les spéculations vont bon train à ce sujet depuis que le Royaume chérifien a formulé une demande, le 10 octobre dernier, pour décaler cette édition.

Le Maroc a demandé à ce que cette compétition continentale, prévue du 17 janvier au 8 février prochain, soit organisé en été 2015, ou même à l’hiver de la même année. L’hésitation marocaine à organiser cet événement est liée au virus Ebola. Le Maroc ne veut prendre aucun risque de contamination. Bien évidemment, comme il fallait s’y attendre, la Confédération africaine de football (CAF) a rejeté cette demande. Les dates d’organisation de ce genre de compétitions sont établies des années à l’avance, et le moindre changement dans le calendrier mettrait en difficultés les sélections qui y prennent part.

Pour parer à un éventuel retrait définitif du Maroc, la CAF a déjà commencé à prospecter auprès de certains pays africains. Un responsable de la fédération sud-africaine a confirmé que l’instance continentale du football leur a demandé s’ils pouvaient organiser la CAN 2015 en cas de défection du Maroc. «En cas de refus du Maroc de conserver l’organisation de la compétition aux dates prévues, la CAF voudrait savoir si votre Fédération serait volontaire et aurait les moyens d’organiser la Coupe d’Afrique des Nations 2015», écrit le secrétaire général de la CAF, Hicham El Amrani, dans une lettre adressée à plusieurs pays, rapporte l’AFP.

La CAN 2015 délocalisé en Afrique du Sud ?

À cet effet, les Sud-africains se disent prêts, mais la décision ne sera prise que lors de la réunion du Comité exécutif de la CAF prévue le 2 novembre prochain à Alger. Pour l’instant, les autorités marocaines ne veulent surtout pas entendre parler de retrait, comme à tenu à le signaler Mohamed Ouzzine, le ministre des Sports, à «Jeune Afrique». Mais il confirme que le Maroc a demandé le report. Il est plus qu’évident que, maintenant, à moins que le royaume chérifien ne revienne sur sa demande de report, que cette CAN se jouera ailleurs. Et ça sera fort probablement l’Afrique du Sud, un pays prêt pour l’organisation d’un événement pareil, à tout instant.

Elyas Nour

Notez cet article