La grippe tue. Selon les chiffres publiés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la grippe serait responsable du décès de 250 000 à 500 000 personnes par an dans le monde. Or, selon divers rapports, plus de 5 millions d’Algériens seraient des sujets à haut risque.

Chaque année, près de 5 millions d’Algériens vulnérables (selon les chiffres de l’OMS) doivent impérativement se faire vacciner contre la grippe. Toutefois, des spécialistes réunis dimanche dernier lors d’une conférence de presse organisée par les Laboratoires Sanofi ont mis l’accent sur le manque d’information concernant l’importance de la vaccination pour prévenir la grippe saisonnière, limiter son incidence et protéger les personnes à risques (les enfants âgés de moins de 6 mois, les personnes âgées, les femmes enceintes, les malades chroniques et le corps médical et paramédical).

« Une campagne de vaccination efficace contre la grippe saisonnière est celle qui couvre 70 % de la population », a indiqué Pr Abdelkrim Soukhal, chef de service des maladies infectieuses au CHU Hassani Issad de Beni Messous.

De 2 000 à 3 000 décès par an

En Algérie, la grippe tue annuellement entre 2 000 et 3 000 personnes. Des décès qui concerneraient, selon le Pr Abdelkrim Soukhal, des sujets vulnérables. Mettant l’accent sur l’efficacité du vaccin contre le virus de la grippe, les experts ont affirmé que la vaccination réduit le taux de décès à 68%, tandis que l’incidence des maladies respiratoires est réduite à 56%, et celle des infections des voies respiratoires à 50%.

Cette année, la campagne de vaccination anti-grippale saisonnière a été officiellement lancée le 15 octobre. 1,6 million de doses de vaccin anti-grippal sont actuellement disponibles.

Nourhane S.