L’interdiction d’entrée aux Emirats Arabes Unis pour les Algériens âgés de moins de 40 ans suscite toujours la polémique et l’indignation en Algérie. L’affaire a tellement a scandalisé l’opinion publique que le ministère algérien des Affaires Etrangères s’est senti obligé de réagir en réclamant des explications à l’ambassadeur émirati en poste à Alger. Ce dernier a été même convoqué par les responsables de la diplomatie algérienne, a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. L’affaire est donc « en cours de traitement au niveau du ministère des Affaires étrangères (MAE) », a confirmé encore, jeudi 9 octobre, le porte-parole du MAE, joint par téléphone.

Cependant, M. Abdelaziz Ben Ali Chérif a fait savoir qu’officiellement, « nous n’avons pas reçu de plaintes de la part de nos concitoyens à ce sujet« . « Nous avons appris cela à travers la presse. Actuellement, le dossier est pris en charge par les services compétents du MAE en Algérie et par ceux de notre consulat général et de notre ambassade aux Emirats. C’est tout ce que je peux vous dire pour le moment. Vous aurez plus d’informations le moment venu », a-t-il encore ajouté.

Le porte-parole du MAE a également esquivé de répondre à la question de savoir s’il y aura une  application du principe de réciprocité par les autorités algériennes au cas où cette mesure interdiction est officiellement confirmée. « Les Emirats sont souverains de décider ce qu’ils veulent. Actuellement, l’affaire est prise en charge par nos services compétents. C’est tout ce que je peux vous dire pour le moment », s’est-il contenté de répondre tout en promettant davantage d’informations dans les prochains jours.

Yacine Omar

Notez cet article