Le diabète progresse en Algérie

0
1149

La prévalence du diabète a considérablement augmenté en Algérie pour passer de 8% en 1998 à 16% en 2013. Cette hausse inquiétante, prouvée par plusieurs études menées en Algérie durant les 15 dernières années, a incité les spécialistes à tirer la sonnette d’alarme sur la progression inquiétante de cette pathologie qui pose un sérieux problème de santé publique.

Si les estimations de l’OMS ont évalué en 2008 le nombre de diabétiques au Maghreb à 12% de la population totale, une récente étude réalisée dans la wilaya de Msila sur un échantillon de plus de 1000 personnes âgées entre 30 et 64 ans a révélé que le taux de prévalence du diabète de type 2 a atteint 16 %. C’est ce qu’a affirmé Pr. Kessam Nezal endocrinologue au CHU de Constantine ayant participé à la réalisation de cette étude, a rapporté l’APS.

Plus de 3 millions de diabétiques en Algérie

L’augmentation inquiétante des cas de diabètes en Algérie, notamment durant les 15 dernières années incitent les praticiens algériens à se tourner sérieusement vers l’étude de ce véritable fléau. De récents chiffres annoncés par l’Association des médecins de l’Oranie pour la prévention cardio-vasculaire (Amoprec), lors du 7e Congrès international de l’association qui s’est tenu à Oran, le 11 octobre dernier ont révélé que l’Algérie compte près de 3 millions de diabétiques. Les spécialistes ont mis l’accent, à l’issue de ce congrès, sur l’urgence de mettre en place une stratégie de lutte contre la pathologie basée sur la prévention pour faire baisser la prévalence inquiétante du diabète. À ce propos, plusieurs professionnels ont insisté sur l’impératif de respecter une hygiène de vie saine, d’éviter la consommation des repas rapides, de pratiquer une activité sportive régulière afin de limiter la sédentarité.

Un taux de prévalence en progression

Plusieurs études portant sur le diabète en Algérie ont relevé la hausse inquiétante du taux de prévalence de cette pathologie. En effet, celui-ci serait passé de 8% en 1998 à 16% en 2013, soit le double en 15 ans. Des chiffres jugés inquiétants par les spécialistes qui craignent une explosion de la pathologie. Si en 1998, une étude menée par le chef du service de médecine interne au CHU de Sétif, le Pr. Rachid Malek a démontré que le taux d’atteinte du diabète de type 2 chez les sujets âgés entre 30-64 ans était de 8 %, une récente étude réalisée dans la wilaya de Msila sur un échantillon de plus de 1000 personnes âgées entre 30 et 64 ans a révélé que le taux de prévalence du diabète de type 2 a atteint 16 %. Le taux de prévalence est, selon les résultats de plusieurs études, en augmentation constante. En 2005, une étude menée auprès d’un échantillon de plus de 48 000 sujets âgés entre 35 et 70 ans a démontré un taux de prévalence globale de plus de 12 %. La prévalence urbaine était de 13 % et rurale de 9 %.

Vers une stratégie de lutte contre le diabète

Pour les spécialistes, si le nombre de diabétiques ne cesse d’augmenter en Algérie, c’est en raison de la persistance de plusieurs facteurs à risque dont principalement l’obésité. Pour venir à bout de ce problème de santé publique, les spécialistes appellent à l’urgence d’instaurer une stratégie efficace qui commencerait par la lutte contre l’obésité, le renforcement des moyens de prévention, à travers l’éducation sanitaire des citoyens et le diagnostic précoce de la maladie. Il est à rappeler que le ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière a annoncé récemment un programme sectoriel de lutte contre les facteurs déclencheurs des maladies chroniques qui se propagent de façon inquiétante en Algérie.