Passeport algérien

La décision du ministère des Finances est définitive. Le timbre du passeport sera fixé à 8 000 DA au lieu de 10 000 DA, comme annoncé dans un premier temps. Le gouvernement explique sa décision en évoquant le coût du titre de visa qui coûte plus cher que le passeport mais ne dure qu’une année.

Les tentatives de négociations des députés avec le ministère des Finances pour fixer le prix du timbre du passeport biométrique entre 4000 et 6000 DA ont été vaines puisque le gouvernement a refusé de céder sur ce point en évoquant la cherté du titre de visa alors qu’il ne dure qu’une année. À l’issue d’une réunion mardi à l’Assemblée nationale populaire et au terme des débats sur l’article 25 de la loi de finances 2015, portant modification de l’article 136 relatif au tarif du timbre de passeport, la Commission parlementaire des finances a donc décidé de fixer le montant du timbre du passeport biométrique à 8000 DA au lieu de 10 000 Da, comme annoncé dans un premier temps, et ce pour une durée de validité de dix ans.

Advertisement

20 000 passeports biométriques délivrés à partir de la mi-novembre

Concernant la production de passeports biométriques, les différentes daïras du pays devront passer à la vitesse supérieure puisque le directeur général de la modernisation au ministère de l’Intérieur et des collectivités locales, Abderrezak Henni, a annoncé, mardi, lors d’une journée d’étude consacrée au suivi de la mise en œuvre des systèmes de modernisation des documents, que près de « 20.000 passeports biométriques seront délivrés quotidiennement à partir de la mi-novembre au lieu de 10 000 ».

Vers une meilleure organisation

Affirmant que 3 millions de passeports biométriques ont été délivrés depuis le lancement de l’opération en 2010, M. Henni a expliqué qu’une meilleure organisation est en cours afin de faire face à la surcharge et aux longues files d’attente enregistrées dans les daïras depuis l’annonce de la possible décision de l’augmentation du timbre du passeport biométrique à 10 000 DA.  A ce propos,  le directeur général de la modernisation au ministère de l’Intérieur et des collectivités locales a indiqué que «de nouveaux appareils seront mis en service pour faire face à la demande croissante en passeports biométriques». Par ailleurs, le responsable a incité les directeurs de wilayas concernés à « délivrer au citoyen le passeport en un temps-record car le système en vigueur le permet ».

Il est à noter que plusieurs mesures visant à rendre la vie plus facile aux citoyens ont été évoquées lors de cette journée d’étude parmi lesquelles : la suppression du rendez-vous pour le retrait des passeports sauf dans certains cas, l’adoption du système de vacation pour prendre en charge toutes les demandes et le retour au système du guichet unique qui permet de « mettre un terme à toute forme de tension au niveau des services d’état civil, et au citoyen de retirer ses documents dans des délais raisonnables ».

Par Nourhane. S.