La Commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a infligé une suspension «ferme» de six mois de toute fonction officielle, à compter du 28 octobre 2014, au vice-président de l’USMA, Rebouh Haddad, qui devra également s’acquitter d’une amende de 100 000 dinars.

Rebouh Haddad, qui a été auditionné lundi par la LFP, est accusé de « comportement anti-sportif ». L’affaire remonte au 24 octobre dernier lorsque l’USMA recevait le NAHD au stade de Bologhine pour le compte de la 8è journée du championnat de Ligue 1. La rencontre s’est terminée par un match nul, zéro but partout. Un mauvais résultat qui s’ajoute à la série de contre-performances qu’enregistre le club algérois depuis le début de cette saison. À la fin de ce match, Rebouh Haddad a été très critique envers l’arbitre Mustapha Bessiri et le président de la Commission fédérale d’arbitrage (CFA), Khelil Hammoum, qui est, selon lui, derrière un « complot » qui se trame contre l’USMA. Des propos qui n’ont pas plu à la LFP qui a immédiatement réagit par un communiqué et la convocation du vice-président.

Advertisement

Le président de la LFP a défendu l’arbitre en question en affirmant que celui-ci n’avait commis aucune faute susceptible d’avoir des conséquences sur le résultat du match. Rebouh Haddad va sûrement faire appel de cette sanction. Dans le cas où cela son recours n’aboutit pas, son frère, Ali Haddad, patron du club, devra nommer une autre personne pour la gestion de l’USMA le temps de la suspension de Rebouh Haddad.

Elyas Nour