Les Algériens âgés de moins de 40 ans sont interdits d’entrée aux Emirats Arabe Unis. La décision, pour le moins que l’on puisse dire, discriminatoire, prise par cet état arabe envers la jeunesse algérienne est mise en application ces dernières semaines.

Cela au grand mépris de la plus importante tranche représentative du peuple algérien, à savoir les jeune de moins de 40 ans, sans aucune distinction de sexe, de fonction ou autre critères. Les Égyptiens et les Tunisiens de moins de 40 ans sont également concernés par cette mesure.

Les motifs invoqués par ce petit émirat pour motiver cette décision seraient liées aux « raisons sécuritaires ». Si c’est réellement la menace sécuritaire qui pousse les responsables de ce minuscule émirat de prendre des mesures de précautions, est-ce que cela justifierait le fait de mettre, dans le même sac, tous les Algériens de moins de 40 ans, les suspectant de représenter une probable menace sécuritaire ? Cette décision, certes souveraine, est discriminatoire  et porte une très mauvaise image pour les jeunes Algériens, et ternie leur réputation. Jamais un autre pays au monde n’a, jusque-là, pris une telle décision, cela même au plus fort des années du terrorisme en Algérie.

Cette décision de suspension de visas pour les Algériens de moins de 40 ans nous a été confirmée par une source proche de l’ambassade des Émirats Arabe Unis en Algérie. Celle-ci nous affirme que cette décision est mise en application depuis quelques jours.

Nous avons essayé, durant toute la journée de ce mercredi, de joindre le porte-parole du ministère des Affaires étrangères algérien pour savoir si c’est une décision prise en concertation avec les autorités algériennes, ou seulement de manière unilatérale, mais le téléphone a sonné dans le vide.

Arezki IBERSIENE                                                                                                   

Notez cet article