Le mouvement mondial en ligne Avaaz vient de lancer une pétition visant à récolter un maximum de signatures pour réclamer la libération d’Abdelhaï Abdessamia, journaliste à Radio Tébessa, placé en détention provisoire depuis 14 mois et accusé d’avoir facilité l’évasion, en septembre 2013, de l’écrivain et journaliste Hichem Aboud.

Dans une pétition publiée aujourd’hui sur leur site, le mouvement mondial en ligne Avaaz qui donne aux citoyens les moyens de peser sur les prises de décisions partout dans le monde, saisi le ministre de la Justice algérien Tayeb Louh pour intervenir personnellement dans l’affaire d’Abdelhaï Abdessamia, journaliste à Radio Tébessa, placé en détention provisoire depuis 14 mois. Le mouvement mondial qui offre à des millions de personnes, venues de tous les horizons, la possibilité d’agir sur les questions internationales les plus urgentes, de la pauvreté à la crise au Moyen-Orient et au changement climatique, appelle le ministre de la Justice à prendre très au sérieux le dossier de ce journaliste emprisonné depuis 14 mois. Avaaz sollicite les autorités algériennes pour offrir à Abdelhaï Abdessamia le droit de bénéficier d’un procès juste et équitable pour se défendre devant un tribunal dans l’affaire de sa participation à l’évasion de l’ex-officier de la sécurité militaire, écrivain et journaliste Hichem Aboud. Dans leur pétition qui a récolté jusqu’ici plus de 90 signatures, Avaaz met l’accent sur «la détérioration de l’état de santé psychologique et physique d’un détenu dont les droits élémentaires ont été bafoués». Il est à rappeler que Abdelhaï Abdessamia qui était à l’époque de l’évasion de Hichem Aboud en septembre 2013, son employé a été arrêté pour avoir facilité l’exfiltration vers la Tunisie de l’ex-officier du DRS avec un passeport frappé d’un cachet falsifié de la police algérienne de l’air et des frontières (PAF), selon des sources locales à Tébessa.

Un exil, un retour au bercail et une évasion

En Novembre 2011, Hichem Aboud qui était en exil en France depuis plus de 14 ans est une nouvelle fois de retour au pays. Accueilli à l’époque par une équipe du quotidien Echourouk qui lui a consacré une petite émission TV mise en ligne sur YouTube, il a expliqué les motifs de son retour de l’exil. « Je n’ai rien contre le nouveau pouvoir et les raisons de mon exil forcé n’existent plus », avait-il déclaré. L’ex-agent du DRS qui était soumis à l’interdiction de quitter le territoire national a fui l’Algérie, deux années après son retour, en 2013, en s’exfiltrant vers la Tunisie et en abusant de la confiance de son employé, le journaliste Abdelhaï Abdessamia qui se trouve actuellement en détention provisoire depuis 14 mois.

Par Nourhane. S.