Le ministère de la Santé a renforcé les mesures déjà prises pour contrer cette maladie. D’ailleurs, le ministre en charge du secteur a effectué une visite au port et à l’aéroport d’Alger pour vérifier si le dispositif de contrôle sanitaire était respecté.

Ebola frappe l’Europe! Un premier cas de contagion avérée a été signalé dans la capitale espagnole, Madrid. La menace de l’effroyable pandémie qui a fait des milliers de morts dans le continent noir depuis sa découverte en 1976, est donc plus que jamais réelle. Une aide-soignante espagnole ayant travaillé dans un hôpital où deux missionnaires sont morts d’Ebola est porteuse du virus, a confirmé, lundi 6 octobre, le ministère de la Santé de l’Espagne. Trois nouvelles personnes ont été admises depuis lundi dernier dans ce même hôpital qui accueille les personnes touchées par le virus Ebola. Mais seul l’époux de l’aide-soignante contaminée a un «haut risque» d’être affecté, ont annoncé hier les autorités sanitaires locales. C’est la première fois qu’une personne contracte la maladie hors d’Afrique.

L’aide-soignante travaillait à l’hôpital Carlos III de Madrid, où sont morts le frère Manuel Garcia Viejo, un missionnaire catholique espagnol rapatrié de Sierra Leone après avoir été infecté, et Miguel Pajares, autre missionnaire contaminé en même temps. Ce premier cas contracté en Europe fait craindre le pire à la communauté internationale. Les yeux du monde sont rivés sur l’hôpital Carlos III. Bruxelles a demandé à l’Espagne des «éclaircissements» pour détecter la faille dans son système de santé qui a permis cette contamination. La panique d’une pandémie sur le Vieux Continent tient en haleine les populations européennes. L’Algérie n’est pas en reste du fait de la proximité qu’elle a avec l’Espagne. Il faut dire qu’il y a un échange incessant de population avec le pays de Juan Carlos. Il y a au moins deux vols d’avions quotidiens, sans parler des navires qui desservent l’Espagne à partir de l’Algérie. Les terres ibériques sont devenues une des destinations préférées des Algériens, qui y ont acquis beaucoup de biens immobiliers.

Lire la suite sur L’Expression