Près de 10% des personnes qui quittent l’Europe, l’Amérique et l’Australie pour rejoindre les combattants de l’organisation autoproclamée « Etat Islamique » (EI) en Irak et en Syrie sont des femmes et des jeunes filles selon une enquête publiée par The Guardian le 29 septembre.

Ces centaines de jeunes femmes dont certaines ne dépassant pas les 13 ans disparaissent des pays occidentaux pour réapparaître aux côtés des jihadistes de l’EI (ou Daech) au Moyen-orient. Nombre d’entre elles sont « recrutées » sur les réseaux sociaux pour se marier avec des combattants, mais certaines prennent les armes pour « défendre le califat ».

De très jeunes femmes

Elles ont entre 16 et 24 ans en majorité selon les chercheurs du centre international des études sur la radicalisation à l’université Kings College à Londres. Un bon nombre d’entre elles sont des diplômées universitaires.

Lire la suite sur Le Huffington Post