Lu sur Le Maghreb

Dans un long entretien qu’il a accordé à notre confrère en ligne Tsa, le ministre de l’Habitat, M. Abdelmadjid Tebboune, revient sur la sensible question du logement en Algérie. A l’en croire, la fameuse crise de logement qu’auront connue les Algériens au fil des générations, tire à sa fin en 2018.  » C’est un engagement que le gouvernement prend très au sérieux. Des moyens colossaux sont mis en œuvre pour concrétiser cet objectif « , a indiqué le ministre.

Chiffres à l’appui, M. Tebboune a assuré  qu’  » en 2012, le secteur de l’habitat a consommé 215 milliards de dinars, nous allons clôturer l’année 2014 avec 656 milliards de dinars consommés. Vous voyez, le gouvernement ne se contente pas des promesses « . Tout en assurant,  »  lorsque j’ai pris le train en marche, en 2012, la situation dans le secteur était loin d’être reluisante effectivement. Deux programmes quinquennaux engagés mais d’énormes retards dans la réception et le lancement des projets « . Le ministre ne s’est pas contenté là, il a même expliqué les raisons  de ces retards.

Ainsi, le ministre a indiqué que  » la  capacité nationale de réalisation faible. Une réalité que certains n’avaient pas eu le courage de reconnaître à l’époque. Résultat, le programme quinquennal qui prévoyait 2,6 millions de logements n’a été lancé qu’à hauteur de 52% « .

 » Nos capacités nationales ne dépassaient pas, en réalité, le seuil des 80 000 logements par an, pour des besoins de lancement d’au moins 250 000 logements par an. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes ouverts à l’étranger « , a-t-il soutenu.  » Il fallait faire appel à nos partenaires européens, asiatiques et arabes pour permettre aux souscripteurs d’habiter dans les meilleurs délais « , a-t-il dit.  » Maintenant, je peux rassurer les Algériens que le programme quinquennal est lancé à 98%.

D’ici janvier 2015, ce programme sera réceptionné à hauteur de 80% ce qui est énorme. Personnellement je suis confiant « , a-t-il martelé. D’après un recensement effectué au niveau de toutes les communes du pays, et après la clôture des programmes déjà engagés, et la satisfaction de tous les besoins exprimés actuellement, il resterait près de 800 000 demandes à programmer.

Un chiffre qu’on pourrait revoir à la baisse, si l’on prend en considération les mesures prises par Abdelmalek Sellal pour encourager l’auto-construction. Par ailleurs, répondant à une question relative à la réalisation de logements par les étrangers, M. Tebboune a indiqué que  »  nous voulons développer nos propres moyens de réalisation pour arriver un jour et le plus tôt possible à des capacités nationales de réalisation de 120 000 logements par an. Mais la réalité est là : sur les 6 000 entreprises algériennes qui activent dans le secteur, 5 800 sont classées dans la catégorie de 1 à 4 « .

Lire la suite sur Le Maghreb