La troisième phase des négociations maliennes avait commencé, lundi, à Alger. Ce jeudi 23 octobre au soir, les autorités de Bamako devaient regagner le Mali. Les représentants de la communauté internationale doivent quitter Alger vendredi. L’objectif de cette session était de présenter un projet d’accord aux deux parties. Il s’intitule « Eléments pour un accord pour la paix et la réconciliation au Mali ». RFI a pu le consulter.

C’est un document de travail de quatorze pages, écrit par les médiateurs à partir des propositions des mouvements armés et des autorités de Bamako. Il est divisé en huit parties, à savoir les principes généraux, les questions politiques et institutionnelles, les questions de sécurité et de défense, les questions de développement des régions du nord, les questions de réconciliation, de justice, les questions humanitaires, les garanties internationales et enfin l’évaluation et le suivi.

Parmi les propositions figure celle de la création d’un Sénat pour représenter les collectivités territoriales ainsi que les notabilités traditionnelles et religieuses. Le texte évoque aussi la mise en place d’une zone de développement des régions du nord, zone pourvue d’un Conseil consultatif interrégional chargé du développement socio-économique local.

Lire la suite sur RFI.fr