Une association promet d’attaquer en justice les policiers contestataires

0
244

Le soulèvement, qui a secoué le corps de la police il y a quelques jours, initié par une centaine de mutins, et qui s’est traduit par un rassemblement devant le siège de la Présidence de la République, ne semble pas rester sans conséquence. Une association vient d’apporter son soutien au Général Hamel, chef de la DGSN.

Si les policiers, qui ont organisé cette protestation ont réclamé, comme première revendication, ni plus ni moins que le départ de leur chef, en l’occurrence le Général Major Abdelghani Hamel, voila que des organisations issues de la société civile se sont mêlées au débat en apportant leur soutien à Hamel. Dans une déclaration, signée par son président l’Association de protection de l’activité commerciale (APAC), Ayache Hefayfa, ces commerçants estiment que l’action initiée par les policiers frondeurs, qui ont marché sur Alger le 15 et le 16 octobre dernier, est anti-réglementaire. L’APAC qualifie ainsi la manifestation de «dangereuse» d’autant plus qu’elle survient à un moment où le pays fait face à des problèmes de sécurité à ses frontières.

L’association, pour qui la politique du Général Major Hamel dérange quelques cercles, envisage même de déposer une plainte contre ces policiers contestataires.

Rappelons que le gouvernement a répondu favorablement à la majorité des 19 revendications des policiers jugeant que celles-ci sont «légitimes». En revanche, le Premier ministre Abdelmalek Sellal n’a pas cédé sur leur principale demande, à savoir se séparer du Général Hamel.

Pour certains, cet épisode,sans précédant dans l’histoire de l’Algérie, a été orchestré par ceux qui veulent le départ de Hamel à la tête de la police et l’éloigner de la course à la succession d’Abdelaziz Bouteflika.C’est ainsi que deux hauts responsables de la police ont déjà sauté. 

Elyas Nour