Le Premier ministre Abdelmalek Sellal s’est exprimé enfin au sujet du mouvement de protestation mené par les policiers à Alger et dans plusieurs autres régions à travers le pays. A la fin de sa réunion avec les délégués représentants des contestataires, il a fait savoir dans une déclaration à la presse diffusée par plusieurs télévisions algériennes, que l’Etat reconnaît la légitimité de plusieurs revendications défendues par les policiers en colère. 

« Pendant de longues années, nous avons exercé des pressions sur les policiers, nous allons maintenant prendre en charge leurs problèmes », a promis le Premier ministre. Sellal a assuré que le gouvernement commencera dés dimanche son travail pour prendre les mesures nécessaires à la concrétisation des engagements pris en faveur des policiers. Il a fait savoir aussi que des enquêtes internes seront menées au sujet des agissements des responsables des unités républicaines de sécurité. Ce sont les agents de ces unités déployées lorsque des émeutes éclatent dans les villes algériennes qui ont enclenché ce mouvement de protestation. Les éléments de ces unités se sont plaints du comportement et du traitement dont ils sont victimes de la part de certains commissaires divisionnaires. Sellal a assuré enfin que des enquêtes seront diligentées à ce sujet. Le Premier ministre a rappelé que les problèmes dont souffrent les policiers sont liés à la situation difficile qu’a vécu le pays par le passé. Soulignons en dernier lieu que la plupart des policiers mobilisés pour leur rassemblement à El-Mouradia quittent petit à petit le Palais de la Présidence et rejoignent leurs unités et leurs structures. Ils semblent qu’ils sont en train de lever leur rassemblement et suspendre leur mouvement de protestation.