C’est le scandale qui affole en ce moment les réseaux sociaux en Algérie. Plusieurs pages Facebook ont diffusé depuis plusieurs jours la photo d’une certaine Yasmine, présentée comme la fille du patron de la DGSN, le général Abdelghani Hamel. La jeune femme aurait été à l’origine du licenciement d’un policier qui lui aurait retiré son permis de conduire lors d’un contrôle routinier au niveau d’un barrage de police à Alger.

C’est, soi-disant, le policier révoqué qui aurait révélé cette information dans une lettre diffusée sur les réseaux sociaux. Une lettre dans laquelle ce policier dénonce les «pratiques d’un clan mafieux ». Un clan qui aurait révoqué 100 policiers pour faire plaisir à leur fille Yasmine  ! Après l’indignation suscitée sur les réseaux sociaux, nous avons contacté plusieurs sources policières et des cadres de la direction générale de la DGSN pour vérifier l’authenticité de ces graves accusations. Selon ces sources, Yasmine n’est en aucun cas la fille du général Abdelghani Hamel.

Il ne s’agit, effectivement, que d’une supercherie, qui ne s’appuie sur aucun élément fondé. D’abord, toutes nos sources certifient que la fille d’Abdelaghani Hamel ne s’appelle pas Yasmine. Le patron de la DGSN n’a qu’une seule fille et trois garçons. Sa fille est âgée d’une vingtaine d’années, et elle a terminé l’année dernière ses études à l’École polytechnique d’architecture et d’urbanisme (EPAU). Elle ne ressemble nullement à cette « Yasmine » attaquée sur Facebook. D’aprés ses anciens camarades, que nous avons contactés, la jeune femme s’est toujours comportée avec modestie. « Elle venait étudier en conduisant sa propre voiture modeste. Elle nous ne snobait jamais. C’était une jeune fille qui s’habillait très correctement. Personne n’aurait pu savoir qu’elle est la fille d’un haut dirigeant algérien », jurent des anciens étudiants de l’EPAU d’Alger, qui ont connu de près la fille du patron de la DGSN.

Mais-a-t-elle réellement été à l’origine du licenciement d’un policier ? Non, répondent plusieurs sources policières lesquelles expliquent que cette jeune fille a été, elle-même, victime d’un comportement irrespectueux au début de l’année 2013, lors d’un contrôle policier de routine. Et depuis cet incident, Abdelghani Hamel a ordonné à tous les policiers de ne plus soumettre les femmes conductrices à des contrôles routiniers si elles ne sont pas responsables d’une infraction au code de la route », explique un cadre de la DGSN, rencontré dans un commissariat à Alger, qui nous a montré la fameuse instruction 15/03. Une instruction publiée en avril 2013 qui met en garde les policiers contre toute tentative de harcèlement sexuel et moral à l’encontre des femmes conductrices. « Sa propre fille harcelée, le patron de la DGSN a décidé de tirer la leçon en imposant cette instruction afin de dire stop à cette pratique honteuse », affirme une autre source proche de l’entourage du patron de la DGSN. Au final, Yasmine, la fausse fille du général Hamel n’est donc qu’une supercherie destinée à salir un haut responsable. Une pratique qui se fait malheureusement de plus en plus courante en Algérie.

Notez cet article