Attendu de longue date, le parti politique d’Ali Benflis ne verra pas le jour de sitôt.

L’ancien chef du gouvernement a réussi, au bout de plusieurs mois d’attente, à décrocher un rendez-vous au ministère de l’Intérieur. Une délégation est allée, ce matin de mardi, déposer le dossier de sa formation politique. Mais, à sa grande « surprise », un problème technique a empêché l’aboutissement de la procédure administrative. La vérification des documents «a fait apparaître la nécessité de procéder à certains ajustements formels s’agissant, notamment, de la présentation des engagements des membres fondateurs». En fait, les membres fondateurs ont fourni un engagement collectif alors qu’ils sont sensés le faire chacun à titre individuel.

L’équipe de Benflis a donc dû expliquer les choses de manière claire afin d’éviter d’éventuelles interprétations politiques. Et elle promet de procéder « à des rectifications nécessaires » pour se conformer à la loi.

Ali Benflis avait décidé de créer un parti politique dès la fin des élections présidentielles d’avril dernier. Le parti devrait s’appeler « Rassemblement des Libertés ».

Essaïd Wakli