Exclusif. Condor va saisir l’ARPT contre Ooredoo, Djezzy et Mobilis

0
886

Les trois opérateurs de téléphonie mobile dérapent. C’est du moins ce que crie haut et fort Abderrahmane Benhamadi, président du conseil d’administration du groupe Condor. Ce dernier envisage de saisir l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT) dans les prochains jours pour se plaindre des pratiques commerciales de ces trois opérateurs.

« On veut tuer Condor ! », s’écrie Abderrahmane Benhamadi que nous avons rencontré dans son bureau de la direction générale du groupe Condor, à Bordj Bou Arreridj, situé à 230 Km d’Alger. « Ces trois opérateurs proposent à leurs abonnés des packs smartphones en plus d’une SIM avec un crédit à plusieurs milliers de Da. Ces promotions destinées à des abonnés prépayés sont une concurrence déloyale car elles permettent d’offrir un smartphone de marque étrangère à des prix très bas », s’indigne le PDG de Condor qui ne comprend pas l’immobilisme des autorités à ce sujet.

« Les abonnés achètent ce pack, utilisent la puce pour épuiser le crédit offert et repartent avec un smartphone, importé, pratiquement offert. Comment, avec de telles pratiques, un fabricant algérien peut résister et survivre ? », s’interroge notre interlocuteur qui considère ces pratiques commerciales comme une véritable menace contre l’avenir de sa filière smartphone et tablette de son groupe. « Ailleurs, dans le monde, les smartphones et tablettes sont offerts avec des abonnements annuels ou même des contrats de deux ans. Sinon, ces produits sont vendus à leur véritable prix », précise encore Abderrahmane Benhamadi. Ce dernier avertit qu’il est prêt à aller jusqu’à agir au niveau du gouvernement pour dénoncer ces pratiques. Il est à souligner enfin que 30 % des revenus du groupe algérien Condor proviennent de ses ventes d’ordinateurs, smartphones et tablettes. « Nous avons vendu pour cette année pas moins de 800 000 smartphones et tablettes. La pérennité de notre activité est réellement menacée par le comportement de ces trois opérateurs », conclut Abderrahmane Benhamadi.