Israël libère des prisonniers palestiniens
Israël libère des prisonniers palestiniens

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh a annoncé le transfert à l’extérieur de toutes les prisons qui se trouvent  actuellement à l’intérieur des villes  et ce, dans le cadre du programme de la réforme pénitentiaire.

Dans une réponse écrite à la question orale de Mohamed Daoui, un député du parti la dignité «El Karama» à l’Assemblée Populaire Nationale, lundi dernier, le ministre a expliqué que cette mesure rentre  dans le cadre du programme de réforme de la justice qui prévoit également la réforme pénitentiaire visant à promouvoir et à améliorer les conditions des détenus dans le respect des droits de l’homme. Cette réforme permettra également selon M. Louh de donner une vision moderne de la problématique de la rééducation des détenus et leur réinsertion dans la société, a rapporté le quotidien Echourouk.

De nouvelles prisons modernisées

Dans le cadre de la nouvelle réforme pénitentiaire, le ministre de la Justice a annoncé plusieurs innovations, à savoir : la réalisation de nouveaux établissements pénitentiaires et centre de rééducation et d’insertion des mineurs et des centres spécialisés pour les femmes tout  en prenant en considération des critères modernes visant à équiper ses structures modernes de centres de loisirs et d’espaces équipés pour la prise en charge sanitaire, de centre de formation professionnelle visant à préparer les nouveaux bacheliers à la réinsertion sociale après la fin de leur peine. Par ailleurs, le ministre est revenu sur un point très important dans la réforme des prisons, il s’agit de sortir à l’extérieur les anciens établissements pénitenciers dont certains se trouvent à l’intérieur des villes. Sur ce point, M. Louh a évoqué  « l’aspect négatif que donnent ces anciennes prisons à l’environnement esthétique de la ville ». S’exprimant sur l’importance du programme de réforme pénitentiaire, le ministre de la Justice a expliqué qu’il vise en premier lieu à créer des prisons répondant aux critères mondiaux modernes et à respecter les différentes chartes des droits de l’homme à auxquelles a adhéré l’Algérie.  S’agissant de la prise en charge des familles des prisonniers vivant dans des conditions déplorables, M. Louh a précisé que cela ne relève pas de la mission du ministère de la justice. «Nous prenons en charge les prisonniers se trouvant à l’intérieur des établissements pénitentiaires. La prise en charge de leurs familles rentre dans le cadre de la politique sociale de l’Etat et ce, à travers les différents départements concernés », a-t-il précisé.

Nourhane. S.