Pour lancer leur appel au peuple algérien, les partis et personnalités de l’opposition ont choisi la date symbolique du 1er Novembre.

C’est à partir du siège du MSP, à Alger, que l’instance de concertation et de suivi de l’Opposition (ICSO) a décidé, dimanche 2 novembre, de rendre public l’appel à l’adhésion du peuple algérien pour le sensibiliser sur la « gravité » de la situation qui prévaut dans le pays.

Advertisement

La célébration du 60ème anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance est « une occasion privilégiée pour appeler à prendre conscience de la gravité de la situation que vit l’Algérie (…) Notre pays a engrangé, ces quinze dernières années, des recettes colossales jamais égalées depuis le recouvrement de l’indépendance nationale », indique le document rédigé par des universitaires, dont le sociologue Ancer Djabi, Mohamed-Arezki Ferrad, Ahmed Adhimi et l’ancien ministre, Abdelaziz Rahabi.

Le document précise que rien ne sera « efficace » sans l’adhésion des Algériens. « La transition démocratique à laquelle nous appelons et pour laquelle nous nous mettons à votre service n’a de sens que si le peuple, dans toutes ses composantes, sa jeunesse et ses élites (…) est convaincu de sa justesse et de la sincérité des femmes et des hommes qui l’animent », lit-on.

Pour cela, seul le document confectionné le 10 juin dernier à Zerlada peut servir de document de travail. « La Conférence de Mazafran a tenu le pari d’unir l’opposition politique, pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie indépendante, non pas autour d’une démarche partisane ou idéologique mais autour de la nécessité impérieuse d’apporter une contribution à la solution de la crise nationale », indique l’ICSO. «Pour nous, le seul document de référence de toute personne ou partis voulant nous rejoindre est le document de Zeralda », a expliqué Abdelaziz Rahabi à la presse.

Les membres de cette instance vont certainement annoncer des actions de rue dans les prochains jours. « Nous allons nous déployer pour expliquer aux Algériens la situation du pays », explique Rahabi.

Essaïd Wakli