Oussama, un accompagnateur algérien d’Hervé Gourdel : « Je suis désolé de n’avoir rien fait sur place pour le sauver »

0
193

Oussama Dehedin, l’un des cinq jeunes accompagnateurs du français Hervé Gourdel, enlevé puis exécuté fin septembre par un groupe terroriste, Jund al-Khilafa, qui se revendique de Daech, a exprimé ce lundi sur les ondes d’une radio française des remords. Il regrette de n’avoir rien fait pour sauver le touriste français, décapité fin septembre.

Tristesse et remords. Plus de six semaines après l’enlèvement et l’assassinat du touriste français Hervé Gourdel à Tikjda, l’un de ses cinq accompagnateurs algériens a pris la parole. Au micro de la station de radio française RTL, Oussama Dehedin semble encore sous le choc. Il raconte d’abord le moment de l’enlèvement, affirmant n’avoir rien vu venir. Il dit : « On est était en randonnée … normal … pas loin de l’hôtel de Tikjda. C’est normalement à 15 minutes en voiture. On est à pied. On n’a rien compris. On est tous les cinq sous le choc ».

Le jeune homme de 23 ans, qui avait discuté pendant plusieurs mois avec le guide en haute montagne de Nice sur Facebook, avant sa venue en Algérie, s’excuse auprès de la famille de la victime de son impuissance. « Je suis désolé […] J’ai rien fait sur place pour sauver Hervé. J’avais pas le courage de sauver. Ça reste toujours dans ma tête », lâche-t-il.

Retenu avec Gourdel par le groupe terroriste Jund al-Khilafa, qui a prêté allégeance à l’Etat islamisque, dit Daech, Oussama et les 4 autres accompagnateurs algériens du Français,  originaires de la région de Bouira et de Tizi Ouzou, ont été relâchés après plusieurs heures de captivité. Ils se sont alors précipités dans une caserne militaire près de Tikjda pour informer les militaires du rapt, selon la version des accompagnateurs.

Une rencontre avec la famille du défunt

L’homme, qui s’excuse ne pas avoir pu faire grand chose pour épargner la vie du Français, souhaite rencontrer la famille du défunt. « Je voudrais bien parler à la femme et Erwan [ndlr le fils d’Hervé Gourdel] pour leur expliquer » ce qui s’est passé, espère Oussama, qui souhaite également montrer aux proches d’Hervé Gourdel les derniers clichés de l’alpiniste français, pris sur les sommets du mont Djurdjura en Kabylie. « Il y a plein de photos et vidéos de cette randonnée d’Hervé, je voudrais bien les montrer à sa famille », ajoute-t-il. Cette rencontre pourrait avoir lieu prochainement en Algérie. La femme d’Hervé Gourdel a effectivement émis le souhait de se rendre bientôt sur place.