“Chriky” est une plateforme algérienne de Crowdfunding, lancée en septembre par un groupe de jeunes diplômés en finances, en informatique et en audit. Le site s’adresse aux porteurs de projets en quête de capitaux pour la création d’entreprise. Sofiane, Mohamed, Soumia et Ayoub nous en disent davantage sur cette initiative.

Pouvez-vous nous présenter “Chriky” ?

Chriky est une plate-forme gratuite de mise en relation des porteurs de projets ou des chefs d’entreprises en activité, avec des investisseurs et des bailleurs de fonds potentiels. Le concept du crowdfunding est très bien connu dans le monde. Nous n’apportons donc rien de nouveau à ce niveau. Nous avons surtout notre propre méthode de le faire pour l’instant. Le nom “Chriky” vient de “Cherka” (fait de s’associer), en référence aux investisseurs et entrepreneurs qui s’associent autour d’un projet ou d’une startup.

Qu’est-ce qui vous a motivé à lancer Chriky ?

L’idée nous est venue en regardant notre entourage. Beaucoup avaient des projets et des opportunités pour créer des entreprises, mais manquaient de financements. D’un autre côté, nombreux sont ceux qui ont des sommes d’argent, sans pour autant savoir quoi en faire. Nous nous sommes dis pourquoi ne pas mettre les deux parties en contact, et essayer d’effectuer une plate-forme pour les réunir. A l’époque, nous savions que le concept existait ailleurs, mais nous ne connaissions pas le terme “Crowdfunding”. Nous avons fait des recherches, et nous nous sommes approfondis dans la constitution du modèle à choisir pour le lancer en Algérie. En plus, l’expérience et la compétence de notre équipe pluridisciplinaire constituaient un atout important pour se lancer dans ce créneau. Le concept étant assez nouveau en Algérie, nous avons une marge d’avance pour se rapprocher des créateurs de sociétés.

La nouveauté que nous apportons dans le “Crowdfunding” en Algérie réside dans une de ses formes. Le “Crowdfunding” peut se concrétiser sous forme de dons de contributeurs aux porteurs de projets, sans contrepartie. Il peut aussi prendre la forme d’un prêt rémunéré, où les investisseurs prêtent de l’argent aux entrepreneurs, et jouent indirectement le rôle d’une banque. Il existe une troisième forme, où le « financier » reçoit des contreparties en nature. Le quatrième modèle, le plus récent, et le plus difficile, c’est l’“Equity Crowdfunding”. Il s’agit d’une participation en capital à la création d’entreprise. Les investisseurs deviennent des actionnaires du projet. D’où le nom Chriky, comme nous l’expliquons dans notre vidéo sur YouTube.

Lire la suite sur Maghreb Emergent

Notez cet article