La ministre de la Poste et des Technologies de l’information  et de la communication, Zohra Derdouri, se dit contre l’ouverture du capital d’Algérie Télécom (AT) aux opérateurs privés. Et elle le fait savoir publiquement.

«Personnellement, je suis de ceux qui seraient contre l’ouverture du capital d’Algérie Télécom”, a déclaré ce dimanche 14 décembre 2014, lors de son passage au forum du quotidien El Moudjahid. “Un pays, quel qu’il soit, doit avoir un opérateur qui lui est propre, pour notamment préserver sa sécurité et sa souveraineté», estime la ministre, qui affirme n’avoire “encore reçu aucune orientation dans ce sens.” Et si demande d’ouverture du capital de l’opérateur téléphonique public il y a? Mme Derdouri se dit prête à défendre “ma position jusqu’à ce qu’on me prouve le contrair”.La ministre n’a toutefois pas précisé si sa position concerne tout le groupe, c’est à dire Mobilis, la filiale téléphonie mobile d’Algérie Télécom, compris.

A la fin de l’année dernière, le P-DG d’Algérie Télécom, Azouaou Mehmel, faut-il le rappeler, avait annoncé l’ouverture du capital de Mobilis à hauteur de 20%. Mais, au mois de novembre dernier, le journal français «L’Express», a signalé que l’opérateur «Orange» s’est vu signifier une fin de non recevoir à sa demande d’entrer dans le capital de l’opérateur historique. Pour l’instant, il se pourrait qu’Algérie Télécom ne soit prêt qu’à céder 20% de parts du capital de Mobilis pour les opérateurs économiques nationaux privés, via une introduction à la bourse d’Alger. Allant dans le même sens de la Ministre, Azouaou Mehmel avait indiqué récemment qu’Algérie Télécom n’avait pas besoin de capitaux supplémentaires pour qu’elle ouvre son capital. Pour lui, les financements étatiques sont suffisants.

Elyas Nour