Le Magazine Forbes Middle East a rendu public trois listes (secteur gouvernemental avec 59 noms, entreprises familiales avec 85 noms et gestionnaires dans une entreprise avec 56 noms) des femmes arabes les plus influentes. Huit Algériennes se sont retrouvées dans ce classement.

La majorité d’entre-elles, au nombre de setp, figuraient dans la liste consacrée au secteur gouvernemental dont la première est Chikha Loubna Bint Khaled Qasmi, Ministre du développement et de la coopération internationale des Emirats Arabes Unis. C’est Zohra Derdouri, la Ministre des postes et des technologies de l’information et de la communication, qui arrive en tête des Algériennes dans ce classement. Elle occupe la 8e place.

Il y a aussi, Noria Yamina Zerhouni, Ministre du tourisme, qui s’est retrouvée 15e, Nadia Laabidi, Ministre de la culture, 16e, Dalila Boudjemaa, ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement, 24e, Mounia Meslem, Ministre de la solidarité, 26e, Noria Benghebrit, Ministre de l’éducation, 31e et enfin Aïcha Taghabou, Ministre déléguée auprès du Ministre du tourisme, chargée de l’artisanat, qui occupe la 38e place.

Il faut dire que toutes les ministres femmes du gouvernement Sellal se sont retrouvées dans ce classement qui, rappelons-le, concerne 59 femmes. Chose tout à fait logique au vu du faible pourcentage de femmes ministres dans le monde arabe.

Par conséquent, dans les deux autres listes, il n’y a qu’une seule algérienne. Il s’agit de Narimène Hadj Hammou, directrice exécutive de Clicks, qui se retrouve 70e dans la liste des femmes arabes les plus influentes concernant les entreprises familiales qui contient 85 noms.
Par contre, dans celles relatives aux gestionnaires dans une entreprise, il n’y a aucune algérienne.

Elyas Nour