Le gisement solaire de l’Algérie est parmi les trois meilleurs gisements dans le monde

0
1676

La qualité du rayonnement solaire algérien permet à l’Algérie de se classer parmi les trois pays qui disposent des meilleurs gisements solaires dans le monde, a révélé mercredi Mouloud Bakli,  Director Solar Business à Air Liquide, leader mondial des gaz, technologies et services pour l’industrie et la santé. 

Ce cadre algérien et expert des énergies renouvelables qui fait le bonheur de cette multinationale a appelé les autorités publiques à renforcer leurs efforts d’investissements dans le développement de l’énergie solaire. A l’occasion du séminaire international sur les technologies du solaire photovoltaïque organisé à Bordj Bou Arreridj par le groupe privé algérien Condor Electronics, cet expert algérien a réclamé aux autorités algériennes de se lancer dans la veille technologique pour s’équiper des technologies les plus évolutives dans ce secteur où la concurrence mondiale est de plus en plus féroce. « En 2014, l’énergie solaire a réussi à dépasser l’énergie éolienne. Pour la première fois aussi, le coût d’exploitation de cette énergie a beaucoup baissé. C’est une chance unique de développer le potentiel de l’Algérie », a estimé cet expert qui est revenu sur des expériences internationales menées en Malaisie, Chine et même au Maroc. Des expériences concluantes qui peuvent inspirer l’Algérie.

De son côté, le président du conseil d’administration de Condor, Abdelmalek Benhamadi, a réclamé aux autorités algériennes de faire confiance aux panneaux solaires qui sont fabriqués par son unité de production située à Bordj Bou Arreridj. « Nous demandons uniquement d’être traité sur le même pied d’égalité que ces entreprises étrangères qui décrochent nos marchés nationaux. En 2014, une loi a été promulguée pour autoriser la Sonelgaz d’acheter de l’électricité produite par les installateurs et producteurs de l’énergie solaire. Nous sommes donc prêts à investir dans des fermes solaires si Sonelgaz s’engage à racheter notre électricité », affirme le manager de Condor qui a déjà consenti à 10 millions d’euros pour lancer son usine. « Un investissement que nous sommes prêts à renforcer. Nous sommes prêts à mobiliser 200 millions d’euros pour développer la production des panneaux solaires si nous avons un plan de charges convenables et des commandes publiques », assure Abdelmalek Benhamadi qui croit dur comme fer en l’avenir de l’énergie solaire en Algérie. Un avenir qui ne pourrait être radieux si les autorités algériennes boudent les producteurs nationaux car pour l’heure, les panneaux solaires fabriqués en Algérie par Condor ont toujours du mal à trouver des preneurs. Et la Sonelgaz n’a pas affiché encore le moindre intérêt.