Les prix du pétrole continuent leur chute. Un nouveau seuil psychologique a été atteint, le prix du baril est descendu sous la barre des 60 dollars ce vendredi, rapportent plusieurs agences de presse. Le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en janvier perd ainsi 86 cents, à 59,09 dollars vendredi. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédequant à lui 52 cents, à 63,16 dollars.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange  (Nymex), le baril de « light sweet crude » (WTI) pour la même échéance perd  91 cents à 59,04 dollars. Durant la matinée, le cours du WTI a plongé à son  plus bas niveau depuis mai 2009, à 58,80 dollars.

«Les prix du pétrole continuent de dominer les marchés après la baisse des prévisions de la demande de l’AIE pour la quatrième fois en cinq mois», commente un analyste, cité par les agences. La consommation de pétrole devait croître de 900.000 barils par jour  l’an prochain pour atteindre 93,3 millions de barils par jour (mbj), contre  une anticipation précédente de 93,6 mbj, a détaillé l’agence basée à Paris dans son rapport mensuel de décembre. « L’équilibre entre l’offre et la demande mondiale indique que les stocks  de pétrole pourraient augmenter de 297 millions de barils pendant le premier  semestre 2015 », a noté l’Agence internationale de l’Energie (AIE).

Cette nouvelle chute des prix du baril affectera sérieusement les équilibres financiers de l’Algérie qui va ainsi subir les conséquences d’une politique mono-exportatrice. Les affirmations du gouvernement continuent pourtant d’être rassurantes.

 

Essaïd Wakli

Notez cet article