Les efforts de communication du gouvernement n’ont pas changé beaucoup de choses. Le chômage reste à des niveaux élevés et en une année, son taux n’a reculé d’aucun point. Et c’est un document émanant du gouvernement qui le prouve.

Dans sa livraison du jour, le journal francophone, le Soir d’Algérie, révèle que le taux de chômage reste le même depuis une année. Un rapport présenté par le ministre du Travail au Premier ministre fait état de «la stabilisation du taux de chômage à son niveau de septembre 2013, soit 9,8%». Ce qui, en chiffres réels, représente 1 151 000 chômeurs en Algérie au 31 octobre 2014, écrit le journal.

Le rapport précise que ce taux représente 8,8% chez les hommes et 14,2% chez les femmes. En revanche, note encore le document, «la population occupée (en Algérie) est estimée à 10 566 000 personnes, dont 18% de femmes, concentrée pour l’essentiel dans le secteur public non marchand avec 61,9% de l’emploi féminin total».

Répartis sur les secteurs, c’est celui du commerce et des services qui arrive en tête «avec 61,9% contre 16,5% pour le BTPH, 12,6% pour l’industrie et 9,5% pour l’agriculture». Ceci, au moment où l’on découvre la primauté du secteur privé, désormais le premier employeur du pays. «Le secteur privé ou mixte absorbe près de 59% de l’emploi total.»

Le secteur privé arrive d’ailleurs en tête, en 2014, en termes d’offres d’emploi avec 73% des offres, 327 739 au total, enregistré par les agences de l’Anem depuis janvier 2014. Cependant que, pas moins de «92% des offres d’emploi enregistrées par l’Anem concernent des emplois temporaires», ajoute la même source.

E. W.