Une étude publiée ce vendredi révèle que l’obésité peut faire perdre jusqu’à 8 ans d’espérance de vie et jusqu’à 19 années de vie en bonne santé aux personnes qui en souffre. Des résultats qui devraient faire réagir l’Algérie dont le nombre de personnes souffrant de cette maladie a augmenté sensiblement ces dernières années.

Selon une étude de l’Université McGill de Montréal publié aujourd’hui dans la revue The Lancet Diabetes & Endocrinology, plus la personne en surpoids est jeune, plus l’impact sur sa santé est important. Les pertes d’espérance de vie les plus notables concernent les jeunes de 20 à 29 ans. L’étude souligne que les personnes en surpoids peuvent perdre de 0 à 3 ans d’espérance de vie, les personnes obèses entre 1 et 6 ans, et les grands obèses jusqu’à 8 ans.

Des conclusions qui devraient inquiéter l’Algérie, pays le plus touché du Maghreb par l’obésité. Selon le rapport de l’organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) publié en 2013, 15,9% des enfants algériens seraient touchés par ce fléau, ainsi que 17,5% des adultes. Près de 6 millions d’Algériens seraient ainsi en surcharge pondérale.