Air France maltraite–t-elle ses voyageurs algériens ?

0
252

Que se passe-t-il ces derniers jours à Air France ? Le Collectif Contre la Cherté du Transport vers l’Algérie est très en colère contre la compagnie aérienne Air France qui réserve un traitement défavorable à l’égard de ses voyageurs algériens. Selon le communiqué du CCTA, en plus des tarifs exorbitants de la compagnie, cette dernière imposerait aux voyageurs algériens les repas et ne prendrait pas en considération la langue arabe à bord de ses avions.

Dans un communiqué adressé à notre rédaction hier vendredi, le Collectif Contre la Cherté du Transport vers l’Algérie se révolte contre le traitement réservé aux voyageurs algériens à bord des avions de la compagnie aérienne Air France. Selon le porte-parole du CCTA, Salah Hadjab, ce constat a été dressé après qu’un des membres du Collectif ait voyagé récemment avec la compagnie et relevé plusieurs défaillances et désagréments dont souffrent les voyageurs algériens. Ainsi, en plus du prix exorbitant des billets de cette compagnie qui coûteraient près de 500 €, les voyageurs sont contraints d’accepter les repas imposés par la compagnie sans qu’un choix de menu leur soit proposé. Le communiqué précise que la compagnie, qui se vante sur son site web de proposer un menu varié à bord de ses avions et de laisser le choix au voyageur, exclut les algériens de ce privilège.

Le voyageur ayant témoigné du manque de tact dont a fait preuve Air France raconte : «à peine la distribution des repas avait commencé, au niveau du vol allant d’Alger vers Paris, que les hôtesses de l’air ont annoncé aux passagers qu’il n’y avait plus de sandwichs aux poissons (thon ou saumon) ; uniquement des sandwichs au poulet étiquetés « Repas sans porc ». En outre, même les voyageurs les plus chanceux, qui ont eu des sandwichs au saumon sans dessert, ont été stupéfaits lorsqu’ils ont vu la taille des sandwichs en question », dénonce le communiqué. Scandalisé par un tel traitement, le CCTA relève par ailleurs, l’absence de la langue arabe à bord des avions en dépit du fait que la majorité des voyageurs sont des algériens. Manifestant son indignation vis-à-vis du fait que l’Algérie soit toujours considérée comme destination à risque, la zone des destinations où le risque de terrorisme est élevé mais uniquement pour les touristes, le CCTA exige des explications de la compagnie aérienne pour justifier son traitement vis-à-vis des voyageurs algériens, surtout qu’elle pratique, par rapport à Air Algérie et Aigle Azur, des tarifs particulièrement exorbitants pour un vol de seulement 2 heures. Le CCTA interpelle les responsables d’Air France et les appelle à réagir aux nombreuses plaintes des voyageurs algériens pour expliquer pourquoi ces derniers demeurent mal considérés à bord des avions de la compagnie.

Nourhane. S.