Grande-poste-algerie
Grande-poste-algerie
Après avoir participé hier samedi à la grève « illimitée » à laquelle avait appelé le Collectif des travailleurs d’Algérie Poste pour réitérer ses revendications énumérées dans une plateforme remise depuis plusieurs mois à leur tutelle, quatre postiers de la wilaya de Mostaganem, à l’ouest du pays, ont été suspendus.
Le Syndicat national autonome des postiers (SNAP) apporte son soutien aux quatre travailleurs licenciés et dénonce la direction d’Algérie Poste qui « recourt à la terreur pour palier son incapacité à dialoguer ». « Encore une fois, la direction d’Algérie Poste a déployé son arsenal répressif pour tuer dans l’œuf toute velléité revendicative. Au lieu d’amorcer un dialogue pour examiner les revendications légitimes des postiers, elle a préféré, avec la complicité d’un pseudo-syndicat aux ordres, la diabolisation et la répression », dénonce le SNAP dans un communiqué rendu public ce dimanche 11 janvier 2015.
Le SNAP estime que ces postiers ont été suspendus « parce qu’ils ont osé briser le mur du silence. » Pour lui, cette suspension « dénote la faillite des responsables du secteur et leur incapacité à asseoir un climat serein au sein de l’EPIC Algérie Poste. » Se disant « fidèle à ses principes », le SNAP affirme qu’ « à l’heure de la décantation, sa place naturelle est et sera toujours du coté des travailleurs. » Il tient ainsi à « apporter tout son soutien aux travailleurs suspendus et appelle  les postiers à un élan de solidarité pour répondre à cette infamie. »
Le SNAP, dont plusieurs de ses syndicalistes ont été suspendus ou licenciés, dit « prendre acte aujourd’hui de la vacance au sein d’Algérie Poste d’un véritable partenaire social, du fait de la perte de légitimité du « pseudo syndicat », allusion faite à l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) dont les représentants participent et entérinent les décision de licenciement prononcées par les commissions de discipline d’Algérie Poste à l’encontre de leurs collègues qui se battent pour une meilleure prise une charge de leur situation socioprofessionnelle. « Pour pouvoir remplir le rôle qui lui incombe, conclut-on dans le communiqué, le SNAP interpelle les pouvoirs publics à ouvrir les portes du pluralisme syndical et donner suite à son dossier d’agrément déposé auprès du ministère du travail le 02 juillet 2012. »
 
Advertisement