A la veille d’un match capital face au Sénégal, mardi à Malabo (Guinée équatoriale), pour la qualification en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des nations 2015, Christian Gourcuff, le sélectionneur de l’Algérie, espère que la pelouse offrira un meilleur terrain d’expression à ses joueurs dont il attend, enfin, un match abouti.

La pression repose-t-elle plus sur vos épaules que sur celles des Sénégalais qui n’ont besoin que d’un nul pour se qualifier ?
CHRISTIAN GOURCUFF. La pression je ne sais pas, mais leur position est plus favorable. Evidemment j’aurais préféré obtenir le nul face au Ghana, même si ça ne change pas forcément la donne. Algérie-Sénégal, c’est une finale, donc avec encore moins de calculs à faire même si on n’a pas calculé face au Ghana.

Lire l’intégralité sur le Parisien