Le chouchou des amoureux de la balle ronde en Algérie, Yacine Brahimi, a décroché le titre de «meilleur espoir talentueux africain de l’année» lors de la cérémonie des GLO-CAF Awards, de la Confédération africaine de football (CAF), organisée hier soir à Lagos (Nigéria).

Le joueur du club portugais du FC Porto, 24 ans, peut se «consoler» de cette consécration, lui qui a été «rayé» de la short-list des candidats pour le statut de «meilleur joueur africain», ou communément appelé le «Ballon d’or africain», alors qu’il faisait partie, tout comme Feghouli, Mbolhi et Slimani, de la liste élargit de 25 joueurs. Beaucoup d’Algériens n’ont pas apprécié le fait que la short-list (5 noms) ne contenait aucun des leurs. La CAF, quant à elle, a rappelé qu’elle s’est basé sur 4 critères dont ceux de la performance et de sa constance durant toute l’année 2014, tant en club qu’en équipe nationale, ce qui n’est pas apparemment le cas de Brahimi qui ne s’est illustré de fort belle manière que durant les derniers mois de l’année, alors qu’il ne faisait pas partie des titulaires durant la Coupe du Monde. Brahimi figure aussi parmi le «onze» type de l’Afrique. Raïs M’Bolhi et Akram Djahnit (ESS) font partie des remplaçants de ce «onze».

Pour le reste, c’est Yaya Touré (Côte d’Ivoire – Manchester City) qui a décroché le titre de meilleur joueur de l’année, pour la quatrième fois consécutive. Par ailleurs, l’équipe nationale algérienne, avec sa bonne prestation lors du Mondial brésilien, a eu le titre de meilleure sélection de l’année en Afrique. L’ES Sétif, pour sa part, est le meilleur club. L’Entente avait décroché, au mois de novembre dernier, la Ligue africaine des champions. L’entraîneur de ce club algérien, Khereiddine Madoui, a remporté le titre de meilleur entraîneur africain de l’année.

Elyas Nour