Malgré la grande mobilisation citoyenne anti-gaz de schiste, Sonatrach refuse de faire machine arrière. La compagnie nationale des hydrocarbures poursuivra ses prospections pour l’exploitation du gaz de schiste. C’est ce qu’a affirmé, dans la matinée de ce dimanche 11 janvier 2015 à Alger, le PDG de Sonatrach lors d’une intervention sur les ondes de la chaîne 3 de la Radio nationale.

« Nous ne pouvons pas demander à la Sonatrach de rester en marge de la technologie », répond Saïd Sahnoune  à ceux qui demandent l’annulation de l’exploitation du gaz de schiste. « Nous avons besoin d’accroître, de renforcer, d’agrandir et de diversifier nos ressources. Ce qui nous permettra de nous adapter aux exigences d’un environnement en constante évolution ». « Nous avons comme mission à Sonatrach d’assurer l’approvisionnement du marché intérieur en priorité, sans négliger pour autant la valeur de nos exportations nécessaires pour le développement nationale », explique le PDG par intérim de Sonatrach. Pour mieux convaincre, le premier responsable de la compagnie nationale des hydrocarbures rappelle que la consommation nationale a beaucoup augmenté ces derniers temps.

Dans une tentative de rassurer les habitants d’In Salah, Saïd Sahnoune soutient qu’ « il faut clarifier et lever les ambiguïtés autour du gaz de schiste (…) ». Et de reconnaître: « Peut-être que nous n’avons pas suffisamment communiqué sur ce sujet, les craintes sont justifiées ». Le PDG de Sonatrach soutient, en outre, que « le puits pilote de In Salah est en train de produire du gaz propre ». « Il y a une gestion des rejets des eaux », précise-t-il.

Essaïd Wakli