Une première dans les annales de la justice algérienne ! Le procureur de la République près le tribunal d’Alger ouvre une enquête judiciaire pour diffamation contre Saïd Sadi.

« Suite aux informations rapportées par certains médias, relatives aux déclarations faites par M. Said Sadi, lors d’une conférence-débat qu’il a animée à Sidi-Aich (Bejaïa), au cours de laquelle il a imputé à l’ex-chef de l’Etat, feu Ahmed Ben Bella et à l’ex-chef d’Etat, feu Ali Kafi, ainsi qu’à la personnalité nationale et historique Messali Hadj, des faits portant atteinte à leur honneur et à leur considération », écrit le procureur dans un communiqué. « Etant donné que le délit de diffamation est consommé (…) le procureur de la République près le tribunal de Sidi M’Hamed a requis (…) l’ouverture d’une information judiciaire contre M. Said Saadi du chef de diffamation », indique le document.

Comme première réaction, Said Sadi a écrit, sur sa page facebook, qu’il « assume entièrement les propos tenus lors de ces rencontres qui sont, du reste, filmées et enregistrées ».

Lors d’une conférence publique animée vendredi à Sidi-Aïch, Saïd Sadi avait déclaré que « Benbella était un agent de Fethi Dib, patron des services secrets Égyptiens », et que Messali était un « traître ».

Essaïd Wakli