Les autorités algériennes n’ont pas du tout apprécié les graves accusations qu’un rapport d’une instance de l’Union Européenne a colporté au sujet d’un soi-disant détournement des aides humanitaires destinées aux camps de réfugiés de Tindouf, au sud-ouest du pays. 

Contacté par Algérie-Focus, un haut responsable du ministère des Affaires Etrangères algérien a réagi sous le sceau de l’anonymat en traitant de « ridicules » et de « mensongères » ces informations diffusées par l’agence de presse française AFP.  « C’est de la propagande pro-marocaine. L’AFP a perdu de son sérieux et sert d’instrument de propagande pour le Maroc qui panique depuis le début de cette année parce que diplomatiquement il encaisse les défaits au sujet de la question du Sahara Occidental », assure ce haut responsable selon lequel il faut prendre ces accusations de détournement des denrées alimentaires expédiées à Tindouf par l’Union Européenne pour une « blague ». « L’Algérie donne aux réfugiés sahraouis 100 fois plus ce que donnent les européens. L’Algérie n’est pas un pays pirate et 10 millions de dollars est un simple sandwich pour un pays comme le notre. Nous déboursons depuis de longues années plusieurs millions de dollars pour prendre en charge ces réfugies. Pourquoi donc leur détourner un simple sandwich ? », s’interroge notre interlocuteur.

Ce dernier remet en cause aussi l’authenticité de ce rapport publié en 2007 par l’OLAF, une institution chargée de protéger les intérêts financiers de l’Union européenne. « Pourquoi maintenant ? Pourquoi avoir attendu jusqu’à 2015 pour rendre public ce rapport qui ne cite le nom d’aucun responsable algérien ? C’est de la manipulation », s’écrie notre interlocuteur. Celui-ci conclut en rappelant que le Maroc s’échine à diaboliser l’Algérie pour camoufler ses échecs diplomatiques. « Aucune instance gouvernementale algérienne n’est impliquée dans le transfert à Tindouf de cette aide alimentaire. Les sahraouis s’occupent eux-mêmes du transport de cette marchandise. Et puis l’Union Européenne n’a jamais suspendu son aide alimentaire. Pourquoi la maintient-elle si elle sait qu’elle est détournée ? », souligne enfin ce haut responsable algérien.

Notez cet article