Le Conseil scientifique national du ministère des Affaires religieuses et Wakfs a condamné avec la plus grande fermeté l’attentat terroriste ayant ciblé le siège de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, perpétré le 7 janvier dernier à Paris et qui a occasionné 12 morts dont plusieurs journalistes. Pour cette instance étatique, il faut également cesser « de porter atteinte aux sentiments religieux au nom de la liberté d’expression ».

Le Conseil scientifique national du ministère des Affaires religieuses et Wakfs qui s’est réuni, hier mari à Oran, dans le cadre de la deuxième journée de la 16ème édition de la manifestation “Semaine nationale du Saint Coran” a sévèrement condamné les actes de violence et de terrorisme commis au nom de l’Islam à l’encontre du journal satirique Charlie Hebdo. Pour les différents intervenants durant ces travaux, l’Islam est une religion de paix qui refuse la violence et l’agression et considère l’assassinat d’une seule personne comme un crime contre l’humanité. Rappelant que l’Islam sacralise la vie et la protège, les responsables du Conseil n’ont pas manqué de dénoncer les différentes provocations et atteintes à l’islam et aux musulmans et qui ne devraient pas avoir lieu, même au nom de la liberté d’expression. À ce propos, les secrétaires du Conseil représentant les 48 wilayas du pays ont appelé dans un communiqué à la nécessité du «respect des croyances et des religions en arrêtant de «verser dans la provocation au nom de la liberté d’expression.”

Advertisement

La lutte contre la haine, une priorité

Recommandant l’intervention de tous les savants et les sages de toutes les religions et les courants culturels et intellectuels pour lutter contre les germes de la violence et de la haine qui poussent dans certains esprits «malades», les responsables du Conseil ont insisté sur l’importance de lutter contre la violence qui salit l’image de l’islam. Par ailleurs, ils ont insisté sur le renforcement de la «vigilance et de la clairvoyance dans le traitement des questions religieuses et à se référer à des sources et canaux puisant de la religion authentique ayant guidé les ancêtres, loin de toutes formes d’extrémisme et de dérive ».  En présence d’oulémas, d’imams, d’universitaires et de cheikhs de zaouïas de différentes régions du pays, les membres du Conseil scientifique national du ministère des Affaires religieuses et Wakfs ont appelé à une meilleure mise en valeur des principes de l’Islam qui se résument en la tolérance, la modération et la cohabitation. Ils ont, par ailleurs insisté sur l’urgence de  démasquer les actes terroristes et criminels perpétrés au nom d’une religion.

Nourhane. S.