Étant une source de pollution considérable pour l’environnement, les sacs en plastique dont la fin de vie est particulièrement nocive pour l’environnement, seront bientôt remplacés par d’autres sacs biodégradables qui seront payants. C’est ce qu’a annoncé la ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Dalila Boudjemâa, hier dimanche à Sidi Bel-Abbes.

Afin d’encourager l’artisanat dans le créneau de la création des sacs en plastique et protéger l’environnement, la ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Dalila Boudjemâa a annoncé que les sacs en matière plastique ne seront plus commercialisés en Algérie. Rappelant que l’Algérie utiliserait quelque 7,7 milliards de sacs en matière plastique annuellement, la ministre a souligné que ces sacs, étant une source de pollution considérable pour l’environnement en raison de leur fin de vie particulièrement nocive, seront bientôt remplacés par d’autres sacs biodégradables et qui seront désormais payants.

Advertisement

S’exprimant à Sidi Bel-Abbes, dimanche, en marge d’une opération de plantation d’arbres le long du tracé du tramway sur les berges de l’oued Mekerra, la ministre Dalila Boudjemâa a annoncé que cette mesure répond au souci de préserver l’environnement et de limiter les risques de pollution provoqués par l’usage de sacs en en matière plastique. Elle a, par ailleurs, souligné que la décision de mettre fin à l’usage de ces sachets, dont le recyclage n’est pas rentable d’un point de vue écologique et économique, rentre dans le cadre d’un «projet national portant sur la normalisation des sachets en plastique et le choix de l’option des sachets biodégradables ». Mme Boudjemâa a précisé également que ce projet prendra en compte la sauvegarde de 22.000 emplois au niveau des unités de production des sacs en matière plastique actuellement utilisés.

Prix symbolique

Rassurant les citoyens sur le prix de ces nouveaux sacs biodégradables qui seront désormais utilisés comme sacs à provisions ou pour les ordures ménagères, Mme Boudjemâa a affirmé que leur prix sera symbolique. Il est à rappeler que chaque seconde près de 16 000 sacs plastiques sont distribués dans le monde, soit 500 milliards de sacs chaque année, ce qui demeure une catastrophe pour l’environnement.

Nourhane. S.