Lorsque des Colonisés Deviennent des Colonisateurs

0
509

En considérant l’état de dégradation continue où l’on se trouve plongé après un demi-siècle d’indépendance; on ne peut s’empêcher de se poser un certain nombre de questions. Pourquoi le bilan est-il si catastrophique malgré les ressources immenses du pays? Pourquoi les enfants d’un pays libéré, une fois au pouvoir, méprisent-ils et humilient-ils de la sorte leurs « frères »? Pourquoi dilapident-ils-les richesses de « leur pays » ? Pourquoi n’arrivent-ils plus à évaluer le danger sur ce pays et en définitive sur eux-mêmes et ce malgré les expériences tragiques vécues par des pays au fonctionnement similaire comme l’Irak et la Libye ?

Il est actuellement admis que ce pays a commencé dès l’indépendance par être squatté par les « révolutionnaires des frontières »  et leurs associés pour finir  entre les mains d’une association de corrompus qui le sous-traite aveuglement  pour le compte de la France et autres groupes industriels et financiers internationaux avec le risque au passage de le briser en fragments.

Mais pourquoi est-ce ainsi ? Pourquoi les authentiques moudjahidines, les révolutionnaires et les militants sincères, les amis de l’Algérie et anticolonialistes ont-ils cédé le pouvoir à ces usurpateurs. Fatigués de la guerre et de ses malheurs, ils ont estimé que l’important est que le pays soit enfin libéré du colonialisme français et peu importe qui le gouvernerait parmi les Algériens. C’est là que se situe l’erreur fatale qui a conduit ce pays au malheur.

Un autre point remarquable concernant ce groupe d’usurpateurs et de prédateurs est qu’ils aiment tellement la vie qu’il est inconcevable qu’ils aient un jour pris le risque de sacrifier quelques biens personnels ou mourir pour ce pays. Il n y a qu’à observer avec quelle ferveur; malgré leur âge très avancé; ils tiennent à la vie plus que des personnes qui ont l’âge de leurs enfants et petits-enfants. Ils vont se soigner en France aux frais des citoyens qui crèvent dans les hôpitaux-mouroirs de l’Algérie, et dans les boat-people de fortune.

Il me semble que durant la période coloniale; il y ait eu constitution de deux types d’Algériens aux caractéristiques divergentes. Les membres du premier type ont refusé catégoriquement le colonialisme et ses appâts. Lorsque l’Histoire s’est retournée contre les colonisations à travers le monde, ils ont enclenché la lutte sincèrement contre le colonialisme acceptant de se sacrifier pour ce pays.

Il me semble, par contre, que les membres du deuxième type se sont conformés au colonialisme par accommodation, par opportunisme ou par réalisme considérant que la loi du plus fort est toujours la meilleure. Ils ont intégré le colonialisme comme modèle suprême et ont rêvé de ressembler aux colons. Leurs gourous sont Napoléon et de Gaulle. Leur culture, trop basique mais teintée d’arrogance, se limite à une certaine phraséologie francophone. Pour eux, la revendication de l’indépendance de l’Algérie ne nécessitait surtout pas de sacrifice ni de risques. Ils se comportaient plutôt en syndicalistes mécontents ou en opposants frustrés. Actuellement, leur espèce se retrouverait dans certains ilots de l’opposition. De très critiques et très offensifs vis-à-vis du système; dès leur intégration, ils deviennent ses plus farouches défenseurs même là où il n’est pas défendable.

Mais que représentait l’Algérie pour eux? Certainement pas un pays à construire mais plutôt une « ghanima »; un territoire conquis par la ruse et l’opportunisme qu’il faut exploiter jusqu’à l’épuisement tout en préparant la fuite vers d’autres cieux. Certains membres influents de ce système se retrouvent entre autres certainement parmi ceux que le général de Gaulle a indiqué dans ses confidences à son fils: « Nous avons laissé 140.000 harkis infiltrés dans les rangs de l’ALN » [1].

jeudi, 1er Janvier 2015

Abdelouahab Zaatri

[1] http://www.forum-algerie.com/actualite-algerienne/53276-le-fils-du-general-de-gaulle-la-france-mine-l-algerie-par-ses-elements-du-malg.html