C’est un scandale qui va entacher pour toujours l’image de l’Algérie dans le monde entier. Un rapport d’une instance de l’Union Européenne accuse les autorités algériennes d’avoir détourné de l’aide humanitaire accordée aux réfugiés sahraouis établis à Tindouf, une région située à plus de 1400 Km au sud-ouest de la capitale Alger. De graves accusations de corruption et de détournement face auxquelles les autorités algériennes doivent absolument fournir des réponses. 

C’est l’AFP qui a révélé ce scandale. Cette agence de presse cite un rapport  de l‘Office européen de lutte antifraude . Cet organisme (souvent désigné par son acronyme, OLAF) enquête sur les fraudes au détriment du budget de l’UE et sur les affaires de corruption et les fautes graves commises au sein des institutions européennes. D’après le rapport de cette instance,  les détournements de l’aide humanitaire accordée par l’Union Européenne aux camps de réfugiés de Tindouf  commencent dans  le port d’Oran. Tous les produits alimentaires de qualité sont détournés et remplacés par d’autres produits de mauvaise qualité. Ainsi, à titre d’exemple, ce rapport explique que les sacs de blé canadien « sont remplacés par leur équivalent de qualité moindre pour être revendus » !

Le même constat a été dressé par les enquêteurs de l’OLAF concernant « les produits d’élevage de volailles ». Ils sont aussi « vendus et non donnés aux réfugiés ». Des pratiques honteuses qui n’honorent guère l’Algérie et qui s’opposent radicalement aux valeurs qui ont la personnalité du peuple Algérien. Pour l’heure, aucun haut responsable algérien n’a encore réagi pour fournir des explications. Certaines sources officieuses parlent, néanmoins, d’une nouvelle propagande marocaine dirigée contre l’Algérie. Mais pour démentir ces accusations, il faut avancer des faits concrets et non pas des soupçons difficiles à vérifier.

 

Notez cet article