Rachid Nekkaz n’est pas américain, il est 100% algérien et il vient de le prouver en exhibant, sur son « mûr » Facebook, le 17 janvier dernier, la photo de son visa de l’ambassade des Etats-Unis qu’il vient d’obtenir afin de se rendre aux USA pour réclamer l’extradition de l’ex-ministre de l’énergie Chakib Khalil vers l’Algérie.

Sur sa page Facebook, le malheureux candidat à l’élection présidentielle 2014 annonce enfin l’obtention de son visa américain qui prouve à ses nombreux détracteurs qu’il n’est pas américain, mais algérien de pure souche.
Si l’ex-candidat aux élections présidentielles 2014 se rend à Washington, c’est dans le but de réclamer aux autorités américaines l’extradition de Chakib Khalil, l’ex-ministre de l’énergie qui a fait l’objet d’un mandat d’arrêt international dans le cadre du scandale de corruption de Sonatrach et qui demeure toujours en liberté.
Rachid Nekkaz a officiellement annoncé qu’il se rendrait personnellement à Washington le 28 janvier prochain pour faire ce que la justice algérienne ne fait pas et réclamer l’extradition vers l’Algérie de l’ancien ministre Chakib Khalil «qui se cache aux USA avec quelques milliards dollars issus du pétrole et du gaz algériens » lit-on sur sa page Facebook.
L’ex-candidat de la jeunesse et du changement se rendra, par la même occasion, à New York et plus précisément au siège de l’ONU afin de préparer une plainte pour non assistance à une jeunesse en danger contre le Gouvernement marocain qui inonde le marché algérien de drogues.
L’homme d’affaire et militant politique algérien vient également de lancer une pétition en ligne pour interpeller les autorités algériennes et appeler à des élections présidentielles anticipées en 2015 afin de remplacer le président actuel Abdelaziz Bouteflika.

Nourhane. S.