Le discours du chanteur algérien Lounis Aït Menguellet lors de l’ouverture de son concert au Zénith, à Paris, le 11 janvier dernier a été particulièrement émouvant. Le célèbre chanteur kabyle a tenu à débuter son concert par un vibrant hommage aux victimes de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, sans oublier d’observer une minute de silence en mémoire des journalistes, des artistes et de toutes les victimes tuées durant la décennie noire.

En concert au Zénith de Paris, le 11 janvier dernier, à l’occasion du jour de l’an berbère Yennayer 2965, le chanteur Lounis Aït Menguellet a rendu un bel hommage aux journalistes assassinés pendant la tuerie qui a visé le journal satirique Charlie Hebdo, le mercredi 7 janvier dernier. Le chanteur n’a pas oublié toutes les victimes de la décennie noire en Algérie.

Dans une vidéo publiée sur Youtube le 11 janvier dernier et visionnée plus de 17 000 fois, l’artiste dit : «Je suis Charlie. Nous sommes Charlie, mais nous sommes aussi Smail Yefsah, Said Mekbel, Cheb Hasni, Abdelkader Alloula, Tahar Djaout, Lounès Matoub, ceux-là sont tombés pour que nous restions debout. » Après un discours émouvant, l’artiste kabyle de renom a demandé à tous les convives d’observer une minute de silence en la mémoire de toutes les victimes du terrorisme. Appelant à célébrer la vie, l’artiste le plus populaire et le plus attachant de la chanson kabyle a déclaré à la grande à la foule venue assisterr à son concert : « On est là aujourd’hui pour célébrer la vie et non pas la mort ».

Nourhane. S.

Notez cet article