Il  n’y a que la ruse d’un Renard qui aurait pu tromper la vigilance du Fennec. Hervé Renard a parfaitement bien étudier cette équipe d’Algérie et mis en place une stratégie imparable pour museler des joueurs clés et les empêcher de s’exprimer sur le terrain, à l’image de Yacine Brahimi. Le selectionneur de la Cote d’Ivoire, Hervé Renard, est revenu dans le quotidien sportif l’Equipe, sur la victoire de son équipe face à l’Algérie, et sur la manière dont il envisageait la suite.

Hervé Renard a très bien compris que la clé, l’un des moteurs de l’équipe Nationale algérienne, c’était la pépite du FC Porto, Yacine Brahimi. Capable d’impressionnants gestes techniques, de frappes foudroyantes et de passes limpides et dangereuses, le sectionneur des Éléphants et accessoirement mannequin de bords de terrains pour Têtu à ses heures perdues, a décider de mettre constamment deux joueurs sur son dos, dans un marquage très strict et physique, afin d’empêcher par tous les moyens le meilleur joueur africain BBC 2014 de s’exprimer sur le tapis vert. “Il faut s’adapter à l’adversaire, à ses qualités. Si Brahimi, vous le laissez jouer, il va donner des bons ballons à tous. Chacun fait comme il veut : si vous voulez de nombreuses passes et ne pas être efficaces, c’est votre problème. Je suis là pour utiliser la meilleure stratégie possible et pour gagner des matches”, explique-il au journal sportif l’Equipe

Chose qui laisse perplexe sur la façon dans Christian Gourcuff, lui, a préparé et envisagé cette rencontre avec sa formation. Pour autant, son homologue français ne tarit pas d’éloges et d’encouragements à son égard : “j’ai énormément de respect pour ce qu’il a fait en France, c’est un très grand technicien. Et je sais qu’avec sa philosophie, il sera capable de bâtir une équipe très performante en Algérie. J’en suis persuadé.”

Pour Hervé Renard, son équipe a réalisé une très bonne opération en battant les Verts qu’il considère, sans détour, avoir été “meilleurs” que la Cote d’Ivoire. Ses objectifs pour la suite sont très clairs, “si on veut aller en finale, il faudra être aussi bon que contre le Cameroun ou l’Algérie. Ne rien changer.”Avec un mental de gagnant pareil, la Cote d’Ivoire pourrait bien remporter son deuxième titre africain cette année. Hervé Renard a rendez-vous avec l’Histoire du football africain, et ce n’est rien de le dire, car rappelez vous que la Zambie a été sacrée championne d’Afrique en 2012 lorsqu’il y officiait en tant qu’entraineur, en battant en finale…la Cote d’Ivoire !