L’Etat algérien vient de « halaliser » l’acquisition de logements dans le cadre de la formule ‘location-vente’. C’est par le biais du Conseil scientifique national (CSN) du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs que les pouvoirs publics déclarent « halal » ce type de logements destinés à la classe moyenne.

La fatwa autorisant le recours à cette formule a été édictée par ledit conseil à l’issue des travaux de sa dernière réunion périodique. Selon l’APS, le CSN estime que ce modèle ne va pas « à l’encontre des préceptes de l’Islam ». Mais dans le fonds uniquement. Car sur la forme, l’appellation ‘location-vente’ semble, aux yeux de la future « Instance nationale de la fatwa », haram. Pour halaliser le tout, le CSN préconise de rebaptiser cette formule « Vente par facilité de paiement ».

La formule ‘location-vente’, faut-il le souligner, consiste en l’acquisition d’un logement public au bout d’une période de location de 25 ans au maximum. Selon le décret exécutif N°01-105 du 23/04/2001 modifié et complété fixant les modalités d’acquisition du logement dans le cadre de cette formule, « la location-vente est consentie à tout postulant dont le revenu est compris entre un montant supérieur à vingt-quatre (24) mille dinars et égal à six (6) fois le salaire national minimum garanti (SNMG), ne possédant pas ou n’ayant pas possédé en toute propriété, ni lui, ni son conjoint, un lot de terrain à bâtir, un bien à usage d’habitation, et n’ayant pas bénéficié, ni lui, ni son conjoint, d’une aide financière de l’Etat en vue de la construction ou de l’acquisition d’un logement. »

Des logements « halals » pour la classe moyenne!
Notez cet article