Fraçois Hollande, le Président français, a rendu hommage samedi à Assia Djebar, décédée vendredi soir à l’âge de 79 ans à Paris. Il a salué « cette femme de conviction, aux identités multiples et fertiles qui nourrissaient son œuvre, entre l’Algérie et la France, entre le berbère, l’arabe et le français », a-t-il dit dans un communiqué de presse diffusé par l’ambassade de France à Alger et parvenu à notre Rédaction. 

François Hollande n’a pas manqué de rappeler le génie de cette « grande intellectuelle algérienne, écrivain, historienne, cinéaste et universitaire de langue française ». Pour l’heure, seul le Président français s’est exprimé à propos de la mort de cette grande figure de la littérature algérienne. Abdelaziz Bouteflika, le président algérien, n’a fait part d’aucune réaction. Ni l’APS, ni la Présidence de la République, n’ont pour le moment communiqué une déclaration de Bouteflika dans laquelle il rend hommage à cette grande écrivaine qui a été l’ambassadrice de la culture et l’âme algérienne partout dans le monde. Une indifférence qui déçoit et choque de nombreux algériens.