Après l’agression de deux manifestants anti-gaz de schiste par des "individus inconnus" durant le week-end dernier, l’heure est à la méfiance à In Salah.

Ce lundi 16 février 2015, le mouvement citoyen opposé à l’exploitation du gaz de schiste d’In Salah a poursuivi ses actions de protestation habituelles. Il s’agit notamment du sit-in permanent sur l’esplanade du siège de la daïra et de la marche quotidienne qu’observent les citoyens dans les artères principales de la ville. Cette dernière a été organisée par un groupe de femmes qui ont sillonné la ville tout en observant des haltes devant le bureau de poste et le siège de l’APC, a-t-on appris de sources concordantes.

Advertisement

En outre, un groupe de jeunes manifestants continue de fermer la route menant de la ville au lieu des forages "expérimentaux" situés au lieu-dit Ghour Mahmoud. Ils y filtrent tous les véhicules de passage à la recherche d’équipements destinés à l’exploitation du gaz de schiste. Face à cet "embargo", les firmes exploitant les champs gaziers de la région ont dû "recourir à un hélicoptère pour ravitailler le personnel en vivres et autres matériels", toujours selon nos sources.