L’Algérie dispose d’énormes capacités en gaz de schiste, ce qui la place en quatrième position en matières de réserves mondiales. C’est ce que révèle un rapport de la Sonatrach, cité par l’agence officielle APS. L’Algérie dispose de 4.940 trillions de pieds cubes (TCF) de réserves de gaz de schiste, dont 740 TCF sont récupérables sur la base d’un taux de récupération (TR) de 15.

Avec un taux de récupération de 15%, l’Algérie occupe la 4ème position mondiale en termes de ressources techniquement récupérables, juste après les Etats-Unis (dont le TR varie entre 20 et 50% selon les gisements), la Chine et l’Argentine, ajoute  la même source, citant le rapport 2013 de l’Agence internationale de l’énergie  sur le gaz de schiste. Ces réserves récupérables ont été calculées pour les prospects d’Ahnet, Timimoun, Mouydir, Illizi et de Berkine.

La Sonatrah, aidée par des firmes internationales, a commencé l’exploration pour l’exploitation du gaz de schiste en 2009. Un premier puits expérimental, situé à Ahnit (In-salah) a été foré. Un deuxième puits est sur le point d’être foré à « titre expérimental ».

La multiplication des protestations contre l’exploitation du gaz de schiste dans le Sud pousse le gouvernement à mener une campagne de propagande pour faire passer le projet.

 

E. Wakli

Notez cet article