Le mouvement citoyen d’opposition au gaz de schiste d’In Salah se corse. Au lendemain de l’audience accordée en début de soirée d’hier par quelques-uns de leurs représentants à la délégation parlementaire dépêchés sur place, les manifestants ont empêché ce jeudi 5 février 2015 le vice-président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Djamel Bouras de terminer son discours et l’ont chassé de la « Place de la résistance ».

« En s’adressant à la foule du haut de la tribune placée sur la « Place de la résistance », le chef de la délégation parlementaire tentait d’assurer les manifestants que leurs craintes seront transmises au président de l’APN. Mécontents et prenant ces déclarations pour une énièmre insulte à leur encontre, les manifestants se sont mis à scander ‘Nous résistons, nous résistons » avant de lui lancer « dégage, dégage ». Il a dû suspendre son discours et quitter les lieux », apprend-on de sources locales.

Juste après cette scène humiliante pour le vice-président de l’APN, plusieurs milliers de manifestants se sont dirigés en début d’après-midi vers Gor Mahmou, à une trentaine de kilomètres de la ville, lieu du projet « expérimental » d’exploitation de ce gaz non-conventionnel, pour contraindre les exploitants à arrêter toutes les machines et équipements de forage. « Environ 5000 citoyens sont en route vers les puits pour y manifester et exiger l’arrêt des forages », apprend-on d’ un activiste anti-gaz de schiste, joint vers ce matin.

Plusieurs sources concordantes affirment ainsi que « les manifestants sont las de recevoir et de dialoguer avec des responsables et des délégations qui répètent le même discours mensonger. » « Ils tentent tous de nous convaincre qu’on n’est pas encore en phase d’exploitation, qu’on est en période d’essais et que cela ne constituerait aucun danger sur l’environnement et la santé des populations. Mais des faits avérés contredisent tout cela. Nous sommes convaincus que le pouvoir n’est pas près de renoncer à son projet d’exploiter ce poison et qu’il tente de gagner du temps misant sur l’essoufflement du mouvement. Par nos déplacements au lieu des forages, nous lui signifions que notre revendication reste toujours la même et que nous sommes déterminés à poursuivre les manifestations jusqu’à l’arrêt définitif du projet et le renoncement officiel à l’exploitation du gaz de schiste en Algérie« , soutient-on.

Le déplacement qu’effectuent les manifestants aujourd’hui aux bases d’exploitation de Gor Mahmou est le troisième du genre. Hier et avant hier, des centaines de citoyens récalcitrants au dialogue « stérile » avec les autorités, y ont manifesté pacifiquement et de manière très organisée et ont contraint les exploitants à suspendre « momentanément » les forages. Un dispositif des forces anti-émeutes y a été déployé, mais les citoyens d’In Salah ne lui ont donné aucun « prétexte » pour intervenir. « Pas le moindre incident, Dieu merci, n’y a été signalé », se réjouit-on encore.